Le combat contre le terrorisme d'Al-Qaïda

Quand les Forces Spéciales traquent les Djihadistes en Afrique, en Asie, au Proche-Orient et en Europe

Zéro Dark Thirty

20365978Film d’espionnage basé sur la véritable opération de la CIA qui a mené à la liquidation d’Oussama Ben Laden, Zero Dark Thirty est un thriller qui commence sur le 11 septembre et s’achève sur la mort d’Oussama.

La traque d’Oussama ben Laden a préoccupé le monde et deux administrations présidentielles américaines durant plus d’une décennie. Mais au final, on doit sa capture à la résolution et au dévouement d’une petite équipe d’agents de la CIA. Leurs missions ont été exécutées dans le secret, mais certains détails ont depuis été rendus publiques. Les plus importants aspects de l’opération, dont le rôle central joué par cette poignée d’hommes et de femmes, sont portés pour la première fois à l’écran dans le nouveau film du tandem récompensé aux Oscars, Kathryn Bigelow (réalisatrice et productrice) et Mark Boal (scénariste et producteur).
Leur récit du pistage et de l’élimination de  Ben Laden, à la fois éloquent et fidèle à la réalité, entraîne le spectateur dans les coulisses du pouvoir et au cœur de l’action, détaillant cette mission historique qui se conclura par une opération spéciale d’assaut d’une mystérieuse habitation fortifiée dans une banlieue pakistanaise.
L’attention portée à tout ce qui mènera à ce raid distingueZero Dark Thirty d’autres comptes rendus des mêmes faits. Hasardeuse dès ses balbutiements, la quête pour trouver ben Laden a coûté la vie à plusieurs agents. Certains experts des services secrets en arrivèrent à penser que la mission était vouée à l’échec. Mais sur le terrain, une équipe d’analystes et d’interrogateurs a refusé et démenti ces pronostics. Pour la première fois, leur longue lutte pour localiser et neutraliser Oussama ben Laden est racontée en images dans un film complexe et exaltant.

Le film s’en sort bien. Il transmet, d’une part, la tension d’une traque clandestine qui a concerné des centaines de protagonistes aux quatre coins du monde. Il identifie, de l’autre, la résolution américaine à une frêle agente de la CIA, Maya (interprétée par Jessica Chastain), dont l’intuition et l’obstination, à la fois contre ses ennemis et l’inertie de sa propre administration, finiront par payer. Ce personnage, nous dit-on, a réellement existé. Il n’en fonde pas moins la part la plus romanesque et discrètement ironique du film, en vertu de laquelle une femme indépendante et sacrément entêtée se paie la tête du fondamentaliste mondial en chef, en même temps que Kathryn Bigelow dresse, à travers elle, son propre rapport d’activité au sein d’un empire hollywoodien notoirement « burné ».

La tenue des acteurs, la méticulosité des reconstitutions, le sens du décor et du détail, le timing millimétré des scènes d’action, le découpage fiévreux, la caméra flottante instillant un sentiment permanent de danger, tout ici accuse une morale de la mise en scène fondée, dans la grande tradition américaine, sur l’action.

La scène finale élève à cet égard le film au niveau de la virtuosité, avec l’attaque du commando spécial des marines sur la maison fortifiée d’Abbottabad. Pulsation sombre et lancinante orchestrée par Alexandre Desplat, plans rasants des montagnes pakistanaises à bord des hélicoptères furtifs caparaçonnés de noir, prise d’assaut inexorable du réduit en vision nocturne, élimination à peine entrevue de la cible principale : une séquence d’anthologie

nocturneNS

 

maya 2http://www.tandem-arrasdouai.eu/library/documents/zero-dark-thirty.pdf

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :